Larguez les amarres !

(Se faire) larguer, oui, mais avec panache !

A Lucrèce et Fedna

Dignity Above All!


Larguer


Ce sont des choses qui arrivent. Car les histoires d’amour finissent mal, en général.


Ne restez pas avec quelqu’un pour lui faire plaisir


Ça ne marche jamais… Vous prendrez 10 kilos cependant que vous perdrez vos cheveux. Et puis l’autre sentira bien qu’il n’est plus désiré, que vous vous forcez, ça lui fera surement plus mal.


La technique du mort


Et, hop ! Disparu(e) ! … Soyons sérieux… C’est un peu immature, non, de fuir toute discussion, toute explication ? Et pas très respectueux… Si vous ne voulez plus voir quelqu’un, dites-lui, bon sang, au lieu de croire que cette personne va vous oublier comme par magie, ou comprendre toute seule sans demander aucune explication que c’est fini. Allez, un peu de courage. En plus, ça devrait vous éviter 400 sms, appels du genre « mais où es-tu ? Pourquoi tu réponds pas ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Tu vas bien ? Rien de grave ? »


Par technologie interposée


Larguer quelqu’un par mail, par sms, par facebook, par post-it – à moins de se libérer de l’emprise d’une brute épaisse qui risquerait de se fâcher très fort et de vous casser la gueule – c’est naze.  Et n’essayez pas de faire croire que c’est pour préserver l’autre. C’est vous qui avez la trouille. L’autre aimerait surement être considéré comme une personne, et voir que, même si vous ne voulez plus le fréquenter, vous avez du respect pour lui. Ne le traitez pas comme un fournisseur ou un partenaire commercial.


La technique du démon


Se montrer odieux(se) pour forcer l’autre à vous quitter. Ça irait plus vite, en disant « Je te quitte », non ? Ahlala, vous avez de ces idées, je vous jure !


Réfléchissez-y quand même à deux fois


Oui, c’est vrai, elle cuisine mal, et depuis qu’il y a les enfants, elle a pris du bide… Alors que la petite vendeuse de sandwichs vegan… On se rend compte trop tard qu’elle seule arrivait à vous faire sourire lors de vos crises existentielles, et que c’est drôlement triste, de ne plus l’entendre chanter en préparant le café le matin…


Y a plus de désir…


Dans certains cas, ça peut se soigner.


Yahou!!! 😀


Ne vous faites pas d’illusions. La joie de la liberté retrouvée se lit parfaitement sur votre visage, celle d’avoir quitté une personne qui vous malmenait aussi, celle d’un nouvel amour aussi. Les gens qui n’ont rien d’autre à faire que de se mêler de la vie des autres en parlent déjà bien assez. À moins qu’il s’agissent de personnes de confiance, évitez de répondre aux questions du genre « Comment vas-tu ? » par « Beaucoup mieux depuis que je ne suis plus avec ce cafard radin et sans cœur. », qui est le genre de friandises tant attendu, et confirmera aux occupants des bancs publics que vous êtes une personne indigne, un monstre, et tant qu’on y est, un bourreau.


Avoir la libération modeste


Quand on arrive à s’extraire des griffes d’un(e) monstre qui faisait des scènes dans la rue, hurlait des insultes sous vos fenêtres, vous trompait avec tout ce qui bougeait (oui, même un chimpanzé ou une éléphante) à tel point qu’aucun de ses proches ne vous a jamais appelé(e) par le bon prénom, vous dénigrait auprès de vos amis en racontant des histoires totalement improbables, il est difficile de ne pas défiler avec une banderole « liberté! » Cependant, ce genre de personnage a la magie maléfique puissante : il sait anesthésier les esprits, au point que rares sont ceux qui vous ont soutenu(e), ne se sont pas moqués de vous avec lui/elle, d’autant plus si cette personne a la possibilité d’agir sur leur carrière, ce qui est souvent le cas. Inutile de vouloir raconter l’envers du décor « aux gens »: entre ceux qui ne vous croiront pas, ceux qui savent et s’en foutent, et ceux qui savent et ont la trouille, vous perdriez un temps précieux. Si le préjudice est grave, portez plainte.


Se faire larguer


Se taire


Ainsi est faite l’humaine nature : chacun préfère parler de soi et être le centre d’intérêt. Vous partez déjà avec un capital d’écoute amoindri. Par ailleurs, les gens qui se plaignent ennuient tout le monde. Oui, oui, même vous ! Osez dire que vous n’avez jamais eu piscine, la visite à l’improviste d’un parent éloigné, une chasse au papillon quand Max-la-jérémiade pensait « passer 5 minutes » ! Donc, la majorité des gens se fout complètement de vos états d’âme, et va fuir en courant si vous commencez à étaler votre vie. Souriez. Même avec des cernes jusqu’au menton.


Méfiez-vous des sympathies soudaines


Certaines personnes à la vie plutôt vide se délectent au contraire des histoires de fesses, et des peines de cœur des autres. « Toi, au moins, tu m’écoutes… » Ben voyons… Rien n’est gratuit en ce bas monde… Cette attention soudaine d’un inconnu, qui ne s’est jamais intéressé à vous plus que ça avant, sent le commérage à plein nez. Mmmh, les beaux ragots tous frais que vous êtes entrain de lui servir ! Comme ça va amuser les copines et lui donner l’air malin à l’heure du thé !


Phrases cultes


Par ailleurs, ce genre de personne aime beaucoup les phrases du genre :
« Nan, mais tu sais, la vérité, hein ! Je me suis toujours demandé ce que vous faisiez ensemble ! » ,
« Ah mais moi, je savais qu’elle/il te trompait ! »,
« Tu es beaucoup trop bien pour elle/lui ! »
« Je peux te le dire, maintenant, un soir, à une fête chez Machin, il/elle m’a fait un de ces rentre-dedans… J’ai dis non, hein, bien sûr ! »
À bien lire ces phrases, on sent poindre une jalousie et une joie malsaine à attiser votre douleur. Fuyez, vous perdez votre temps. C’est bien lâche et inutile de vous dire ces choses après une rupture. Et généralement, le chapitre suivant c’est « Moi, je suis là, si tu veux… Tu peux rester dormir… »


Ménagez vos amis


Eux, ils étaient là avant, ils sont là maintenant, mais il va falloir faire un effort pour qu’ils soient là « après »….  Ils font un effort pour vous écouter, ils ont envie de vous aider. Mais ce sont des êtres humains, leur temps et énergie disponibles ne sont pas illimités. Par ailleurs, peut-être connaissent-ils votre ancien amour, l’apprécient-ils, sont aussi ses amis ? Ne leur demandez pas de prendre parti, ne vous répandez pas en horreurs et en détails très intimes sur votre ex. Vous allez les gêner. Et une fois la colère passée, vous aurez surement un peu honte…


Laissez faire les professionnels


Si vous avez des choses très douloureuses et très graves à dire, alors allez voir des gens dont écouter ce genre de choses est le métier, et qui vous apporteront l’aide dont vous avez besoin : médecin, psy, police…


Le cul barouleur


Dans ce moment difficile, on a souvent besoin d’un peu de compagnie… Sortez couverts. Et évitez les privautés avec les collègues de travail, les voisins, la boulangère mère de quatre enfants, la jeune fille ou le jeune homme fleur bleue qui attend sont premier amour. Usine à ennuis dont il faudra vous dépêtrer en plus quand ça ira mieux…


Gueuloir secret


Bon, ça arrive à tout le monde d’envoyer un sms complètement débile à un ex à 3h du matin, très sincère au moment où on l’écrit, complètement crétin et ridicule le lendemain, à tel point que l’on prie l’esprit du téléphone de ne l’avoir pas envoyé, qu’on souhaite un bug planétaire des réseaux mobiles entre 3h21 et 3h22, qui aurait aspiré tous les sms envoyés à cette heure là… Mais ça ne marche jamais. Par contre, l’achat d’un carnet, ou d’un petit cahier peut vous sauver la vie. C’est simple, à chaque fois que vous avez une pulsion chouinarde ou coléreuse envers votre ex, hop, vous prenez le carnet, et vous lui écrivez  ici et nulle part ailleurs le genre de c****ies fréquentes en pareilles circonstances.

Comment ça, vous voyez pas du tout ? Allons… Faites un effort :

« Reviens mon amour, ma vie, sans toi je suis une épluchure de pomme de terre, la cendre du poêle à charbon éteint, « une golf GTI qui n’aurait plus qu’une vitesse » !
« Je suis si abandonné que je suis un bébé tout nu un soir de tempête ! »
« Je vais mourir de ta faute et me jeter de la fenêtre du 2e étage, et puis j’écrirai ton prénom avec mon sang, comme ça tu auras honte toute ta vie, ahahah !!!  »
« Sale morue desséchée ! J’espère que tu t’ennuies bien, avec ta grosse, là, même pas capable d’écrire trois lignes sans fautes ! »

Allez, j’arrête là. Avouez qu’il vaut mieux écrire tout ça dans un carnet secret, que vous pourrez toujours brûler quand ça ira mieux, parce que ça finit toujours, par aller mieux.


Prendre soin de soi


C’est le moment d’aller chez le coiffeur, de renouveler votre garde-robe, de faire ce petit voyage, là où votre ex ne voulait pas aller, de faire du sport, et de voir vos amis. Un bon massage, un tour au sauna, une soirée au théâtre… Dansez ! Ecoutez de la musique ! Rencontrez de nouvelles personnes !

  14 comments for “Larguez les amarres !

  1. Lucrece
    4 août 2017 at 18 h 02 min

    Toujours un plaisir de te lire. J’ai souri puis j’ai ri. Tellement vrai… Le texte, les références, la musique… Ai-je le droit de dire Warda je t’aime? <3

    • Warda
      Warda
      4 août 2017 at 18 h 08 min

      Ne t’en prive pas! 🙂 Ravie de te faire rire <3

  2. 4 août 2017 at 18 h 31 min

    Profond. Intense. Vrai. Je m’y suis reconnue à certains moments. Dommage que tu ne nous ai pas raconté ta « première fois » Ca aurait sans doute été drôle. Fluide jusqu’au bout. Bravo!

    • Warda
      Warda
      4 août 2017 at 22 h 02 min

      Merci pour ton gentil commentaire. Quant à raconter la « première fois »… le récit de Mireille était hors classe! 😀

  3. willfonkam
    4 août 2017 at 18 h 36 min

    « Sale morue desséchée! J’espère que tu t’ennuies bien, avec ta grosse, là, même pas capable d’écrire trois lignes sans fautes! »

    Hahaha cette phrase m’a plié de rire, la pauvre gosse n’a pourtant rien à voir dans leur histoire 😀 😀 😀

    Je me suis bien marré, mais j’avoue que ce sont des conseils précieux

    • Warda
      Warda
      4 août 2017 at 21 h 59 min

      Ehé! Alors tu nous raconteras peut-être dans un billet comment tu as mis en application ces conseils ^^ C’est toujours un plaisir de faire rire un autre Mondoblogueur.

  4. jules
    7 août 2017 at 11 h 50 min

    Très intéressant, je me suis bien amusé à te lire.

    • Warda
      Warda
      7 août 2017 at 14 h 03 min

      Merci! 🙂

  5. 7 août 2017 at 13 h 35 min

    C’est simple, j’adore.
    Ton billet non seulement me fait rire, il me rappelle de bons moments (a posteriori, car sur le coup c’est juste « hard » et « Sauve qui peut ») et ce que j’ai découvert de chouette grâce à la séparation, surtout l’expo de Sophie Calle « Prenez soin de vous », un des déclics fondateurs de ma nouvelle vie.
    http://www.actes-sud.fr/catalogue/actes-sud-beaux-arts/prenez-soin-de-vous

    • Warda
      Warda
      8 août 2017 at 7 h 09 min

      Merci pour ton commentaire! Oui, Sophie Calle a réussi à transformer cela en création… C’est beau, non?

  6. Serge
    11 août 2017 at 5 h 35 min

    E.X.C.E.L.L.E.N.T !

    • Warda
      Warda
      13 août 2017 at 10 h 39 min

      Merci Serge! 🙂

  7. Fenosoa Sergia
    16 août 2017 at 8 h 07 min

    Je me suis bien marrée sur la partie du « Gueuloir secret ». Sinon très belle plume.

    • Warda
      Warda
      16 août 2017 at 9 h 05 min

      Merci pour ton commentaire! Je vais de ce clic découvrir ton blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *