Visitez le château d’Où

Texte tissé à partir de phrases récoltées dans des brochures touristiques et des magazines culturels, et mis en son.

à Francine Leduc


Venez à Tours!


A l’ère objective et rationnelle du tout contrôle, face aux différents phénomènes de dématérialisation, à la virtualité croissante, il s’agira de partir loin, loin…
Venez à Tours, éviter toute hérésie spectaculaire, loin des turbulences de la vie parisienne et de ses soucis financiers!


Quand hier épouse aujourd’hui…


Aussi précis qu’évanescent, cubique, corbuséen et néanmoins délétère et aérien, le château, patrimoine architectural exceptionnel, conserve meubles d’époque et objets d’art traditionnels. Le parfum de la collection de roses ajoute à la féerie, s’inscrit dans le tissu patrimonial du centre sans le violenter. Les Mille et Unes facettes du domaine surprennent pour le bonheur de tous, se déjouant tout à la fois de l’audace des uns et de la modestie des autres. Cette vague à l’échelle 1 nous submerge. Les collections dialoguent avec des œuvres d’artistes contemporains, telle une lanterne sortie de l’obscurité, oeuvr[ant] ainsi dans une dialectique constante entre le systémique et l’individuel, entre les hypothèses potentiellement infinies du calcul et des intersections qui engendrent la forme, et l’irréductible singularité du corps dans l’acte de percevoir et de se mouvoir.

 


Nature et sculpture…


Les multiples floraisons ainsi que les multiples œuvres d’art, illuminé[es] par quelques judicieux percements et retraits vous émerveillent par leur folie radicale, monochrome et abstraite. La lumière pénètre par de subtiles ouvertures dans les plafonds et dans les angles. Tous les éléments convoqués, tels le verre, le miroir, le métal, l’encre, ou l’obsidienne des volcans arméniens, participent à ce désir d’enchantement violent, minimal et tellurique. L’orthogonalité s’en retrouve perturbée. Le film d’animation, projeté sur les murs voûtes, transporte à l’époque de François Ier. Les percements dans la façade, les décrochements de l’acrotère de la toiture dessinent dans cette architecture de la rectitude des échappées qui sont autant de souffles libertaires.


Pause méridienne en écrin culturel…


Au cœur du potager, le restaurant la Table des Fées propose aux visiteurs des légumes frais cultivés dans nos jardins, des quiches, des tartes faites maisons, réunissant certaines ambivalences (…) la sensualité et la rigueur, le caché et le révélé, la blessure et la beauté, (…) la lumière et l’obscurité, le monumental et le fragile, l’austérité et le merveilleux, le minimal et le baroque. Des trames narratives surgissent alors, mettant en scène la vision d’intérieurs peuplés d’étranges bestiaires, l’évocation décalée et décadrée de moment de la vie quotidienne des paysages presque mirages.


Texte construit à partir de :
– prospectus sur le Chateau du Rivau
– prospectus sur Le musée Balzac, château de Saché
– articles de la revue OFFSHORE – art contemporain – Occitanie/Pyrénées/Méditéranée – juin-septembre 2017 – n°44
– articles de la revue BEAUX ARTS magazine – Lee Ufan – Pressentiment


Mise en son



Sampling littéraire


Il semblait juste de prévenir les auteurs initiaux de cette création sonore à partir de textes non écrits par moi. Etant auteur Scam, j’apprécierais peu que mon travail soit réutilisé sans que je le sache. J’ai donc envoyé un mail aux quatre sources nommées ici, avec le lien vers cet article. Pour le moment, en ce 21 août 2017, je n’ai de réponse que de Jean-Paul Guarino, rédacteur en chef de Offshore :


Mail du 16 août 2017
Pas de soucis, la source étant nommée.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *