A la découverte de la Pointe Courte

Connaissez-vous la ville de Sète, dans l’Hérault, à flanc de Méditerranée et d’Étang de Thau ? Et plus précisément, connaissez-vous le quartier de La Pointe Courte, qui d’après ses anciens pêcheurs, fut longtemps l’un des plus beaux et le plus vivant des quartiers de la ville ?

A la Pointe Courte, on pêche – on n’ose encore écrire « pêchait » – dans l’Étang de Thau. C’est de toute importance, par rapport aux « étrangers de l’intérieur », aux Sétois, qui eux pêchent en mer.

Photo de couverture : Warda

Cinéma, cinéma !
En 1955, Agnès Varda y tourne un film, La Pointe Courte. Si les dialogues du couple sont assez ennuyeux, on peut parler de chef-d’oeuvre visuel, et ce film donne à voir la vie des habitants de la Pointe Courte, hommes, femmes, enfants et chats.

La Pointe Courte – Agnès Varda: Of cats and lovers from Charls Chap on Vimeo.


La Pointe Courte – photo : Warda


C’est où ?
Veuillez considérer la petite excroissance indiquée par une flèche rouge, derrière la gare de Sète.


Archives en images


1962 – Sur l’étang de Thau, on pêche l’anguille. Deux reportages tournés à Mèze, sur l’autre rive de l’étang, face à Sète.

1967 – Sur l’Etang de Thau, on vit au rythme de la nature. Et il y a la saison de la daurade.

1968 – L’étang de Thau, c’est aussi le pays des conchyliculteurs : huîtres et moules.

1986 – Sur l’Etang de Thau, on pêche les palourdes en barque, à la boîte et à l’arseillère, un filet-râteau au très long manche, avec lequel on racle les fonds.

1990 – Georges Brel, fier Pointu, émet quelques doutes sur la pérennité des activités de pêche sur l’étang de Thau


La fin d’une culture ?


Me promenant à la Pointe Courte, j’ai croisé le chemin de Georges Brel, que l’on voit dans la dernière vidéo proposée ci-dessus. Il occupe ses journées à faire des petits filets de pêche décoratifs pour les restaurants et les touristes.
J’ai croisé également Josian Izoird, ancien pêcheur à l’arseillère, qui va de sa petite démonstration pour les touristes curieux qui passent le saluer dans son cabanon.
Ils racontent tous les deux avec plaisir la Pointe Courte, la vie dure et les fêtes.

Josian Izoird avec son arsillère – photo : Warda

J’ai croisé enfin Pascal Larderet, sétois depuis 18 ans, à la tête de la Compagnie Cacahuète. Lui, ce qui l’inquiète, c’est la montée de l’extrême droite à Sète. Il en veut pour preuve la déferlante de commentaires racistes qu’a entraîné l’annonce de Jean-Claude Gayssot, président du port Sud de France, d’un possible accueil du navire humanitaire L’Aquarius au port de Sète.

Voici donc, pour le plaisir de vos oreilles, un reportage à la Pointe Courte :

  2 comments for “A la découverte de la Pointe Courte

  1. BOISDRON
    19 septembre 2018 at 17 h 01 min

    Bonjour,
    bravo, très beau reportage.

    • Warda
      Warda
      19 septembre 2018 at 20 h 07 min

      Merci pour votre retour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *