Assises du Journalisme - Le Prix Jeunesse de la ville de Tours

Dans le cadre des Assises du journalisme de Tours, la Bibliothèque Municipale a mis en place un Prix Jeunesse, avec deux jury : un jury enfants, composé de collégiens et d’élèves d’école primaire; et un jury adulte, dont j’avais le plaisir de faire partie.

Le jury adulte était composé  d’un représentant de la Ville (Mme Beuzelin, adjointe à la Culture, et présidente du jury), 1 journaliste presse écrite (Elisabeth Segard, La Nouvelle République), 1 média presse radio (Melissa Plet-Wyckhuyse, Radio Campus Tours), 1 spécialiste de la littérature jeunesse (Patrice Wolf), 1 représentant des Assises du journalisme de Tours (Jérôme Bouvier) et 1 représentant de la Bibliothèque (Bérangère Rouchon-Borie); le jury enfants par des élèves de CM2, 6ème et 5ème.
Les délibérations ont eu lieu à la Bibliothèque Municipale de Tours, réunissant les membres des deux jurys, et les enfants des classes concernés. Chacun a donc pu expliquer pourquoi tel livre lui a plu plus qu’un autre, et il était très intéressant d’avoir le point de vue des adultes et des enfants.

Quelques photos des délibérations – mercredi 21 février 2018

Assises du Journalisme 2018


Les livres de la sélection étaient les suivants :
La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, Jean-Marc Fiess, collection Trapèze, éditions Albin Michel
Si j’étais Ministre de la Culture, Carole Fréchette, édition Ricochet
C’est quoi l’écologie? Jacques Azam, Sophie Dussossois, éditions Milan
Les journalistes nous cachent-ils des choses? David Groison, Pierrangélique Schouler, Ronan Badel, Actes Sud Junior
Le handicap, pourquoi ça me concerne? Sylvie Baussier, éditions Fleurus


J’ai été surprise par l’importance accordée par les enfants – 9/12 ans – à l’aspect visuel des livres : couleur, taille de la police, appétence pour les illustrations, intérêt pour le graphisme. Les adultes se concentraient plus sur le contenu des ouvrages. On voit donc qu’il y a une différence entre les acheteurs potentiels (parents, grand-parents, bibliothécaires) et le public destinataire. Je me suis demandé si j’avais oublié le rapport aux livres que j’avais enfant. J’ai lu beaucoup de bandes dessinées, mais j’étais plus jeune, et je crois que ma lecture-phare à 9 ans était Vipère au poing d’Hervé Bazin.


La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, Jean-Marc Fiess, collection Trapèze, éditions Albin Michel

J’ai trouvé ce livre pop-up très beau, mais aussi très fragile, et je doute fort qu’il resiste longtemps aux petites mains d’une bibliothèque scolaire. Par ailleurs, si c’est un livre-objet très réussi, le contenu me semble léger pour des enfants de 9/12 ans. On ne saisit pas toujours le lien entre la mise en volume proposée et l’article de la Déclaration illustré…

 


 

Si j’étais Ministre de la Culture, Carole Fréchette, édition Ricochet

Le très grand format du livre permet une lecture à un groupe d’enfants auquel on montrerait les images. Sauf que le public était un peu grand à mon avis pour cette lecture mise en voix. Sauf que les images sont assez sombres; les enfants eux-mêmes les ont trouvées effrayantes. Par ailleurs, si l’idée de faire imaginer une journée sans culture est tout à fait interessante, le contenu de l’ouvrage m’a semblé un peu juste pour des élèves de CM2/5e/6e. Je crois que ce livre conviendrait plutôt à des CE1/CE2.


C’est quoi l’écologie? Jacques Azam, Sophie Dussossois, éditions Milan

Le favori des enfants, à l’unanimité, qui ont aimé la présentation en « fiches », qui permet une lecture fragmentée et thématique, ainsi que le grand nombre d’illustrations et le petites bandes dessinées. J’ai trouvé quant à moi qu’il y avait de notables imprécisions dans l’ouvrage. En effet, si on y parle de Darwin, il y a une impasse totale sur ce qui était cru et enseigné avant la Théorie de l’Evolution. Sans prendre partie, il me semble important de dire au enfants qu’avant cette découverte, on pensait que l’humain était une création de Dieu, et que certaines personnes le croient encore, notamment aux Etats-Unis; et combien ces deux conceptions du monde ont pu se heurter et faire de victimes. Si l’écologie est une science, elle se doit d’être précise. S’intéresser à la Terre, c’est aussi se souvenir de Giordano Bruno, et que l’obscurantisme tue. Mais qui parmi ces enfants sait qui il était? Je suppose une certaine frilosité sur ces questions d’obscurantisme religieux, un « politiquement correct », et j’espère me tromper.


Les journalistes nous cachent-ils des choses? David Groison, Pierrangélique Schouler, Ronan Badel, Actes Sud Junior
Voici le livre qui a remporté le plus de voix du jury adulte. Un livre drôle, précis, construit à partir de « questions impertinentes et pertinentes », selon le mot de Pierangélique Schouler, d’enfants au sujet du travail des journalistes. Les journaliste sont-ils tous de gauche? Pourquoi voit-on toujours les mêmes experts à la télé? Pourquoi les journalistes se trompent-ils? Les journalistes sont-ils objectifs?  Peut-on croire les sondages? Des réponses chiffrées, argumentées, concises et accompagnées d’illustrations très drôles. Une langue française standard, là où plusieurs autres ouvrages ont fait le choix d’une langue relâchée, ou plutôt d’écrire comme on parle.


Le handicap, pourquoi ça me concerne? Sylvie Baussier, éditions Fleurus
Un livre plein de bonnes intentions, qui détaille toutes les formes de handicap, mais oublie le handicap social. En effet, en ce qu’elle condamne au provisoire, à l’instable, à l’insécurité, parce qu’elle limite la capacité à agir et à se projeter, la précarité est un handicap réel, qui peut d’ailleurs s’ajouter à un autre handicap. Un livre qui fait tellement la promotion du handicap, que cela en est gênant, car ce discours semble culpabilisant pour les enfants qui ne seraient pas en lien avec des personnes concernées, ou qui par ignorance auraient pu se moquer. Elisabeth Segard faisait très justement remarquer que, sur ce sujet, il serait peut-être plus efficace de présenter des portraits de personnes qui ont changé le monde, et qui accessoirement étaient handicapés. Par exemple Stephen Hawking.


La remise des prix a eu lieu le 16 mars 2018, dans le cadre des Assises du Journalisme de Tours. Dans la catégorie Prix Actu Junior (décerné par des élèves de CM2, 6ème et 5ème) : « C’est quoi l’écologie ? » de Sophie Dussaussois, illustré par Jacques Azam; et dans la catégorie Prix Actu Adultes, de « Les journalistes nous cachent-ils des choses ? » de David Groison et Pierangélique Schouler, illustré par Ronan Badel


Liens

La remise des Prix jeunesse sur le site des Assises du journalisme.
L’article de Elisabeth Segard pour TMV
Les lauréats sur le site de la Ville de Tours

Partagez

Auteur·e

melpwyckhuyse

Commentaires