Guide de survie intellectuelle en période électorale

2017, année de l’éloquence plus ou moins certaine, à fort risque de moisissures intellectuelles. Voici quelques mots en « A » pour en rire un peu, et à jeter négligemment entre la poire et le fromage, à un invité qui dirait des énormités, si vous êtes trop bien élevé pour lui faire frontalement remarquer.


 Amphigourique – Apotropaïque –  Amnésie – Amphibologie


Comme le disait notre bien-aimé Forest Gump, « N’est stupide que la stupidité », et avant d’étaler la mienne, je ne saurais que trop vous recommander la lecture attentive de la page du CorteX… Attendez, je vous vois venir…


Alors, non, non, (aucun lien, fils unique) le CorteX c’est :


Le CorteX est un collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences. Il est né en 2010 à l’Université de Grenoble à l’initiative de cinq formateurs professionnels et a pour objectif de mettre à disposition les travaux de tous les acteurs – enseignants, chercheurs, étudiants – travaillant sur un sujet développant le critical thinking, l’esprit critique, quelle que soit leur origine disciplinaire.

(…) Ils préfèrent contribuer à de la publication publique, et ne donnent pas la priorité à la course de hamster des publications dans les revues à referees.


Tout ça pour dire – si vous en doutiez encore – que les « têtes d’ampoules » produisent des contenus tout à fait utiles aux citoyens que nous sommes, notamment pour développer des capacités de résistance intellectuelle face à ceux qui nous prennent pour des jambons. Voici donc un succulent « Petit recueil de 20 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi », très utile pour décoder les discours politiques et patronaux.

Petit recueil de 20 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi


Mais rev’nons zen à nos moutons


Amphigourique : est amphigourique un discours volontairement incompréhensible, obscur; un brin prétentieux, ridicule pour ceux qui le subissent; admirable voire impressionnant pour ceux qui y adhèrent. Les néologismes, les concepts plus ou moins creux chers aux élus et repris avec enthousiasme par les journalistes « amphigourisent » souvent les propos.


Les mots nouveaux créés par les événements, ou ceux que le caprice met à la mode, prêtent d’abord à la conversation de ceux qui s’en servent je ne sais quoi d’amphigourique et d’obscur qui leur donne une supériorité soudaine, ils paraissent profonds à ceux qui ne les comprennent pas. H. de Balzac, Les Mots à la mode,1830, p. 189.
(cité sur le site du CNRL)


Exemples :
« La co-construction par les acteurs locaux : la gouvernance locale de la cohésion sociale au service du pacte républicain. »
« Leurs spectacles échappent au témoignage pour mettre en jeu le processus de recherche et d’enquête en lui-même. »

Apotropaïque : est apotropaïque un objet, ou une formule dont le but est de conjurer le mauvais sort, d’éloigner les mauvais esprits, de se prémunir contre des influences maléfiques. En période d’élection, certains challengers auraient bien besoin de pouvoirs surnaturels pour convaincre l’auditoire de leur réelle volonté de transformation sociale positive.
Sur ce blog, on trouve une liste non exhaustive d’objets apotropaïques et de quoi ils sont sensés prémunir.


Amnésie : l’amnésie est fréquente en période électorale, et souvent, les candidats sont bien utiles pour rafraîchir la mémoire de leurs concurrents et vice versa. Parler de Nicolas Sarkozy serait du genre facile, et puis de toutes façons, il n’a pas dépassé le stade de la primaire. Il y a d’ailleurs bien d’autres sujets de recherche dans les autres partis. Le profil Facebook Jean Centre publie publiquement des études et analyses savoureuses sur le parcours des élus socialistes, qui tous prêts à s’engager du côté des « sans dents », oublient parfois que leur origines sociales, leur richesse personnelle et leur non connaissance du monde professionnel hors monde politique pourraient les rendre peu légitimes aux yeux des masses laborieuses.

Et Jean Centre de conclure ce – long – portrait par :


« Il déclare un patrimoine de 1.500.000 euros. Pantouflard, (petit) cumulard, professionnel de la politique depuis 20 ans, ses revenus le placent dans les 5% les plus riches, il pratique assidûment l’endogamie et est passé expert en manœuvres internes au PS. Et que vive la sociale… »


Je vous invite bien sûr à lire entièrement ce portrait d’Arnaud Montebourg et de vous délecter des autres portraits de socialistes que vous trouverez rassemblés sur cette page de La Rotative, site d’informations locales collaboratif, Tours et alentours. Comme tout site « non officiel » d’information, ce qui est posté sur la Rotative est parfois d’une qualité inégale, partisan, à charge, de mauvaise foi, cite insuffisamment ses sources. Mais aussi, les rédacteurs étant nombreux, anonymes pour la plupart, spécialisés pour certains dans des domaines précis, on y trouve également des contenus de qualité et qu’on ne lirait pas ailleurs.

Outre les mesquineries de bureau et les petits arrangements avec le FISC, l’amnésie permet d’oublier plus simplement l’Histoire. Surtout quand elle a un gout de « déjà vu ». Pour éviter le gout de « tout cuit », il est parfois utile de prêter une oreille attentive à ce que disent « les vieux »; et c’est pour cela que je recommande l’écoute des émissions de l’ANACR, (Association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistance) :

[Grille] Nouvelle émission : l’ANACR


Amphibologie : il y amphibologie quand il y a arrangement avec la syntaxe, ce qui donne, volontairement ou pas, un double sens au propos. Ainsi une phrase peut être comprise dans un sens, ou dans un autre. L’amphibologie involontaire est une faute de style – même si grammaticalement et bancale et correcte – qui rend le propos ambigu, peu clair, et révèle parfois des pensées moins assumées; on se rapproche du lapsus. L’amphibologie volontaire amuse les auteurs, et elle est très utile aux politiciens qui la manipulent bien, car elle permet de nier par la suite le fait d’avoir tenu un propos qui aurait choqué : « Mais, je n’ai jamais dit cela! C’est vous qui interprétez ainsi mon propos. Ce que je voulais dire, c’est… » … tout en ayant quand même dit ce que leurs partisans voulaient entendre.
Exemples : il croit cet homme menteur – c’est le fils de cet homme que vous avez vu . « Ces réfugiés ne peuvent pas passer la nuit dans cette cage d’escalier, c’est trop dangereux. »

Si le dîner se prolonge, et que votre smartphone a encore de la batterie, je vous recommande aussi les mots suivants. Décidément, notre langue est une source d’amusement inépuisable!


Anathème – Antanaclase – Anacrouse – Analogie –  Abnégation – Anacoluthe – Allégations


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *